par Catherine Malichecq

Pascale Pocard, ancienne professeure devenue conseillère pédagogique, a créé une approche innovante en matière d’enseignement. Sa méthode, née dans les Vosges, en France, connaît un succès grandissant depuis sa diffusion en 2011. Elle se base sur plusieurs principes, chacun accompagné d’une action. Et si cette méthode a été créée pour des classes, ses principes peuvent être utilisés dans le cadre de l’école-maison.

Pascale Pocard ne se considérait pas comme une bonne élève. Elle se souvient encore de l’humiliation ressentie alors qu’un de ses professeurs avait lu tout haut sa rédaction  ̶ la plus mal notée du groupe ̶ devant l’ensemble des élèves de sa classe, à titre de contre-exemple. Plus tard, son fils souffrira de difficultés scolaires et de harcèlement, des problèmes qui ne sont pas anodins dans la vie d’un enfant et de sa famille. Ils conduiront le jeune à refuser de fréquenter l’école et à afficher une faible estime de lui.

Mais l’enseignante a une autre conception de l’école, une conception selon laquelle l’école serait une source de bonheur. Elle réfléchit et met donc en place une méthode, l’école des savoirs, qui se résume selon elle à « beaucoup de bon sens, une grande bienveillance du professeur et de la rigueur pour rassurer l’élève. »

Plus concrètement, l’école des savoirs essentiels repose sur quatre principes :

  1. Rassurer l’élève et le rendre disponible à l’apprentissage;
  2. Respecter le fonctionnement mental de l’élève;
  3. Lui faire acquérir les savoirs de base et les consolider;
  4. Lui faire acquérir des méthodes de travail pour faciliter la mise en place des notions et son autonomie1.

Pour répondre au premier point, l’enseignant travaille à construire des « ancrages mentaux » constitués essentiellement de repères spatiaux, temporels, méthodologiques et relationnels. Ainsi, le matériel et les espaces sont spécifiquement organisés, délimités et identifiés. L’organisation temporelle est routinière et les séances d’apprentissage intense ne dépassent pas 20 minutes. Ces séances sont découpées au besoin, car l’important sera d’y revenir et d’interroger la classe (au moins trois fois en deux jours) ; cette méthode se base en effet sur la répétition. Une leçon est ainsi vue en plusieurs fois : découverte, mémorisation, interrogation orale, écriture de ce qui a été retenu et exercice. Au cours de ce processus, l’enseignant se devra de vérifier la compréhension de l’ensemble de ses élèves.

Les séances d’apprentissage intense sont entrecoupées de séances plus légères ainsi que de temps de « souffle » libres programmés, pendant lesquels les enfants prennent une dizaine de minutes pour lire, jouer à un jeu éducatif, faire de la pâte à modeler ou encore peindre. Il s’agit de respirer avant de se remettre au travail.

Des repères méthodologiques seront présentés à l’enfant : attitudes, utilisation du matériel ou encore procédés. Également, certains repères relationnels seront établis : d’une part, des applaudissements et des encouragements des enfants envers leurs camarades; d’autre part, une attitude extrêmement bienveillante et rigoureuse de l’enseignant envers ses élèves, dont la progression sera toujours soulignée.

L’objectif sera de permettre à l’enfant de se rendre disponible et attentif. On lui présentera alors des séances de travail efficaces dont les apprentissages seront consolidés pour favoriser la mémorisation à long terme. L’enfant développera ainsi des capacités d’analyse lui permettant de réfléchir et de comprendre.

Pour Pascale Pocard, le second point important est le respect du « processus mental » de l’enfant. Les séances devront donc s’articuler en fonction de la pensée concrète de l’enfant, de son unicité, de sa capacité de concentration et aborderont une seule notion à la fois, notion dont l’utilité sera dûment expliquée. Enfin, la mémorisation constituera le point clé : elle sera consciente, répétée et favorisera les liens avec d’autres notions.

Les savoirs essentiels qui constituent le troisième point sont, selon la conseillère pédagogique, ceux qui se trouvent déjà dans tous les programmes scolaires, quels qu’ils soient. Ces savoirs sont cependant évolutifs. Elle distingue tout particulièrement les savoir-vivre, ceux qui permettront à l’enfant d’appréhender les attitudes, les postures et les comportements primordiaux pour vivre en société; les savoir-faire, c’est-à-dire les procédés à acquérir dans les actions quotidiennes et les méthodes de travail qui permettent à l’élève de devenir autonome; et les savoirs disciplinaires à acquérir dans chaque matière.

Le quatrième point concerne les méthodes. Le but est de faire ressortir de chaque nouvel apprentissage, des méthodes que l’enfant pourra ensuite réutiliser, quels que soient la discipline et l’apprentissage. Ces tâches peuvent alors devenir automatiques et l’enfant aura ainsi la possibilité de se concentrer sur d’autres aspects.

Autre point important : les enfants ne sont pas notés. Pour la conseillère pédagogique, il est hors de question de classer les enfants.

Si cette méthode a été conçue initialement pour les élèves du primaire, les principes seraient applicables, selon Pascale Pocard, à tous les niveaux. L’important est de souligner la progression individuelle de l’enfant. S’il évolue dans un environnement serein, rigoureux et bienveillant, il va acquérir une démarche structurée qui lui permettra d’établir des repères et d’organiser ses connaissances tout en développant son autonomie. Selon la conseillère pédagogique, ces facteurs stimuleront automatiquement la motivation et l’envie d’apprendre chez l’enfant.

Deux des premiers enseignants qui utilisent la méthode depuis plusieurs années dans des classes dont les élèves étaient en difficulté, constatent maintenant des « élèves qui réussissent à tous les coups2. »

Quant aux élèves interrogés, ils ont confiance en eux, semblent motivés et heureux de vivre.

Cette approche innovante est toutefois encore récente; il sera intéressant d’en évaluer les résultats à plus long terme.


1. Pascale Pocard, Présentation de la démarche pédagogique « l’école des savoirs essentiels », 2016, http://ecole-savoirs-essentiels.fr/wp-content/uploads/2016/02/2.-Les-principes-et-actions.pdf

2. Dominique Perrin, Grâce à la répétition, cette instit fait des miracles, Le Monde, 7 octobre 2018, https://www.lemonde.fr/m-actu/article/2015/10/08/grace-a-la-repetition-cette-instit-fait-des-miracles_4784653_4497186.html

 

Share this post

© 2019 - CCHE. All rights reserved.