Par Laurel Núñez

Votre enfant éprouve-t-il de la difficulté à rester assis pendant les leçons? Les livres l’ennuient? Démonter de petits appareils électroniques satisfait sa curiosité d’esprit, alors que cette seule pensée vous donne la chair de poule? Vous avez peut-être un apprenti en devenir.

Craig Davis*, 16 ans, a découvert un moyen de canaliser son énergie débordante. Actuellement, l’adolescent assiste et manipule une déchiqueteuse à bois ; sa mère, elle, est convaincue que ces activités contribueront à ce qu’il réalise ses grandes aspirations professionnelles.

Même si l’âge de Craig ne lui permet pas encore d’entreprendre un stage ou un programme d’apprentissage officiel, il ne l’empêche pas de développer ses compétences de compagnon en devenir. Linda*, la mère de Craig allait prendre contact avec des entrepreneurs, lorsque Steve*, un ami de la famille, lui a tendu la main. Il a d’abord demandé si Craig avait un emploi pour l’été. Le jeune en avait déjà accepté un dans une entreprise de béton. Sa mère s’est alors renseignée sur la possibilité de participer à un programme d’enseignement coopératif sous la tutelle de Steve ce qui permettrait à Craig d’acquérir de l’expérience dans le domaine. Ensuite, Steve a accepté de lui montrer les ficelles du métier alors que la famille réunissait tous les documents nécessaires. Linda a rapidement contacté la HSLDA alors que Steve parlait avec la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (Ontario) des exigences en matière de sécurité. La famille fut agréablement surprise de découvrir que Craig pouvait participer au programme de treize semaines sans aucun problème.

Craig améliore sa maîtrise de techniques comme le sciage à la tronçonneuse, grâce à la rétroaction et au soutien continus de son mentor. Ainsi, Steve évalue Craig hebdomadairement, plutôt que mensuellement. Linda suit également les progrès de son fils : elle lui demande de consigner les objectifs SMART (spécifiques, mesurables, atteignables, réalistes et temporels) pour chacun des postes particuliers qu’il occupe. À la fin de cette expérience, Craig détiendra un portfolio unique pour un étudiant, incluant implication sportive, distribution de journaux et participation à un stage avec un forgeron : stage durant lequel,  Craig a forgé divers articles, dont des suspensions et des clous, et appris un certain nombre de techniques essentielles au métier. Craig a été chanceux de participer à des programmes coopératifs à un âge auquel ce n’est même pas envisageable pour la plupart des étudiants du secteur public.

Un changement de cap

Bien que beaucoup de ses amies aient fait l’école-maison, Linda admet qu’il n’en était pas question lorsque son fils a attaqué l’école : « ce n’était pas pour moi » dit-elle. « Puis, mes garçons ont commencé à me manquer. J’avais l’impression de rater une grande partie de leur vie ; je réalisais aussi que j’avais mon mot à dire sur ce qu’ils apprenaient ».

D’abord, l’un des enfants de Linda a vécu une expérience difficile à l’école publique. Ensuite, une situation personnelle a poussé la famille à évaluer à nouveau l’option de l’école à domicile. Ainsi, après mûres réflexions, recherches et discussions avec d’autres élèves faisant l’école-maison, Linda a estimé que sa famille pouvait vivre avec un seul revenu. Alors, le parcours commença.

Une éducation éclectique

La scolarité de Craig est unique et c’est en partie la raison pour laquelle il réussit si bien dans son parcours académique. Sa mère a réussi à créer une atmosphère dans laquelle il a pu s’épanouir, mais elle reconnaît que les pressions extérieures peuvent faire naître le doute.

« Ne comparez pas votre école-maison à celle des autres », suggère Linda. Elle réalise qu’il peut être facile de tomber dans ce piège, alors elle s’efforce de créer un environnement d’apprentissage enrichi, propice aux besoins individuels de ses enfants ; son travail porte ses fruits. L’école-maison a permis à son fils de tenir compte de ses champs d’intérêt tout en lui inculquant l’autonomie et une bonne éthique de travail. Il consacre souvent son temps libre à ses passions, par exemple le travail du bois ou la soudure.

En cette période d’incertitude économique, ce style d’éducation donne à Craig une longueur d’avance.

Vous soupçonnez un compagnon dans votre famille? Voici neuf conseils pour aider votre protégé à faire ses premiers pas vers le succès:

  1. Réseautez! Communiquez avec les gens d’affaires, les amis et la famille et découvrez ceux qui sont déjà dans le domaine.
  2. Communiquez avec la HSLDA pour vous assurer que les documents nécessaires sont remplis avant de commencer un apprentissage, un stage ou une expérience de bénévolat.
  3. Demandez au superviseur ou au mentor d’apporter une rétroaction continue. Quelques commentaires hebdomadaires permettront à votre élève d’identifier les points à améliorer tout en lui donnant confiance en ses capacités.
  4. Reconnaissez vos compétences : aidez votre élève à identifier les savoir-être et savoir-faire qu’il aimerait développer durant sa formation, ce qui l’aidera dans ses emplois futurs.
  5. Recherchez dans votre communauté des offres de bénévolat à l’année. Dans un système scolaire traditionnel, les étudiants doivent effectuer un nombre défini d’heures de service communautaire pour obtenir leur diplôme. La participation bénévole de votre adolescent lui apportera un avantage concurrentiel et les gens de métiers seront davantage attirés par son profil.
  6. Encouragez donc votre élève à adopter un mode de vie sain, car certains métiers peuvent être exigeants sur le plan physique.
  7. Évaluez le marché de l’emploi pour chaque métier : les arboristes canadiens gagnent en moyenne 57 837 $/an, tandis que les travailleurs plus expérimentés gagnent en moyenne 70 415 $/an.
  8. Envisagez de suivre un programme d’ÉRA qui soulignera ses compétences et ses habiletés si votre adolescent envisage d’occuper un poste dans un métier réglementé.
  9. Cherchez à obtenir, selon le métier, une mention Sceau rouge.

 

Pour en savoir plus sur les programmes de formation et d’apprentissage, visitez les liens ci-dessous :

https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/services/apprentis.html

https://www.collegeoftrades.ca/fr

 

* Les noms, à la demande de la personne interviewée, ont été modifiés.

Interview du 9 mai 2019

 

Share this post

© 2019 - CCHE. All rights reserved.